CY TWOMBLY

Vacances romaines
ou l’été 1978


Au printemps de la même année, Cy Twombly passant par New York, avait vu des photos que j’avais prises de l’exposition Dan Flavin, à la galerie Leo Castelli ; elles lui plurent, aussi m’invita-t-il l’été suivant à le rejoindre à Rome.
Son atelier était aussi un palais Renaissance, avec une enfilade de pièces très hautes sous plafond. Peint en blanc, il baignait dans une lumière ocre et dorée, tamisée par des volets intérieurs, et dans la pénombre, des rais de lumière mettaient l’accent sur toutes les merveilles qui étaient là : la presque totalité des œuvres qui allaient faire l’objet de sa rétrospective au Whitney Museum en 1982, quelques pièces d’archéologie remarquables dont les ombres portées, tracées à main levée sur une toile, se sont imprimées à tout jamais dans ma mémoire.
J’eus la chance d’être également invitée dans sa maison de Bassano in Teverino, dans la campagne romaine et ce fut le même éblouissement.
Dans un registre différent que celui de Audrey Hepburn, je venais de rencontrer Grégory Peck !